Catégorie : Non classé

Stage Sisley

Malgré des conditions de vol un peu houleuses (averses, peu d’ascendances…Etc), les vols continuent de se faire pour les stagiaires BIA du Collège Alfred Sisley de Moret, qui semblent satisfaits de leurs vols.20160424_12380720160424_143319 20160424_144047 20160424_150052

Habemus papam

Hier, s’est déroulée l’assemblée générale du club dans la joie et la bonne humeur malgré toujours quelques désaccords.

Le matin : bilan de l’année 2015 sur tous les points, la trésorerie du club est au beau fixe (après plusieurs années d’efforts), les membres continuent de s’investir tant en vol qu’au sol puisque nous conservons notre 11ème place à la netcoupe et nous sommes prêts à remonter les planeurs. Le bilan BIA et école de pilotage est lui aussi très positif même si cette année nous n’avons pas eu beaucoup de brevetés (mais beaucoup de lâchés !).

Le repas de repas de midi partagé tous ensemble s’est  encore une fois déroulé dans la bonne humeur et les rires !

L’après-midi : point sécurité avec quelques incidents en 2015 mais heureusement rien de grave et pas de casse, quelques conseils pour éviter de refaire les mêmes erreurs. Un point sur les FLARM. Un rappel sur la gestion du local par vent fort et enfin un autre sur les parachutes ainsi que leur utilisation ont été faits.

Nous avons ensuite procédé à l’élection du comité directeur qui se compose de : Bernard Teyssere, Alain Milbeau, Luc Devienne, Dominique Galpin, Maxence Stawski, Alain Roquillon, Jean-Claude Delaveyne, Adriano Barbisan, Patric Spiral, Jean-Yves Colombino, Pierre Bonnier, Jean-Claude Nomblot, Jacques Ehrlich, Franck Virol et Quentin Goullemot.

Au regard du très bon fonctionnement de l’équipe du bureau 2015, celle-ci reste inchangée.

Moralité, il ne reste plus qu’à voler encore plus pour optimiser au maximum nos machines !

Cours BIA

Les cours BIA ont commencé !!!

Comme chaque année un petit groupe de bénévoles organise des sessions de cours BIA le samedi après-midi entre 14h et 17h. Ces cours sont ouverts à tous et permettent aux moins de 21 ans de bénéficier d’une bourse, s’ils obtiennent le diplôme, afin de continuer vers une formation au pilotage.

Le BIA a pour but d’initier les élèves aux bases de l’aéronautique afin de déboucher sur une formation au pilotage plus simple. .

Pour plus de renseignement voir la rubrique BIA ou contacter le club.

Résultats de l’International Bailleau et lâchés

Bravo à Dominique qui s’est placé 8ème de la compétition International de Bailleau avec le ventus sur plus de 25 participants dont quelques ASG29, une belle revanche des 8JF.

Les résultats en détail : http://www.soaringspot.com/fr/international-bailleau-2015-bailleau-armenonville-airport-2015/

Félicitations également pour le cap que vient de passer Dominique, celui des 6

000h de vol en planeur!

Encouragements également pour Didier et Jean-Marie qui se sont respectivement fait lâcher sur LS8 et LS4.

Stage BIA 2015

Cette semaine c’est le stage BIA !
En effet, cette année un petit groupe d’élèves a été préparé par les bénévoles du club à l’examen du BIA qu’ils passeront le 20 mai.
Cette semaine ils mettent en pratique ce qu’ils ont appris cette année par le biais d’un stage au club.

Nous espérons que ce stage leur plaira et qu’ils n’hésiterons pas à s’inscrire à l’année par la suite.

Souhaitons leur bonne chance pour le 20 mai !!!

Un peu d’histoire

Vol à voileVoici l’histoire de Gaston , un de nos anciens membres vélivoles , qui est passé nous dire bonjour ce week end , lorsqu’il s’est posé à melun villaroche , tout ça raconté par Alain Milbeau dans le cadre de l’histoire du CVVFR !

 

GASTON SE POSE A VILLAROCHE

ou « le vol fantôme »

 

 

Certains prénoms nous sont à la fois familiers et sympathiques, évocateurs d’une culture commune,

de souvenirs rieurs, tant chargés de représentations collectives qu’ils en deviendraient presque des noms communs. « Gaston » est de ceux-là.

On connaît le « Gaston  et son téléfon» de la chanson de Nino Ferrer, ou celui de Franquin qui s’évertue à créer et s’épuise en maintes inventions dans  l’intention paradoxale de s’éviter le moindre effort !  Mais outre cette imagination fertile pour des réalisations éphémères, étonnantes, inutiles ou posant plus de problèmes qu’elles n’en résolvent, comme celle qui aboutit à mettre le feu aux extincteurs,  Gaston nous fait rire  et en même temps, nous fait partager le refus -impossible- d’une vie de contraintes et d’aberrations . Il faut être un peu poète et rebelle (pléonasme?) pour se dégager ainsi des contingences misérables du quotidien…

Notre Gaston à nous est de la même famille. Naturellement. Autant poète que  rebelle, ce qui lui donne cette personnalité  attachante. Ses aventures sont autant d’anecdotes incroyables , inattendues, quasi surréalistes…

Nous sommes alors en Juillet 1970, à peine deux ans après les événements de Mai 68 qui ont enchanté notre héros. Electron libre dans la cacophonie collective, puisant dans les slogans de l’époque, une réflexion philosophique.

« Cours camarade ! Le vieux monde est derrière toi ! », l’idée en mouvement l’a effectivement ébranlé, lancé à la recherche de lui-même, d’un monde nouveau sinon meilleur.

Et c’est au travers de la pratique du vol à voile qu’il s’élève ainsi, au propre comme au figuré vers les nimbes improbables d’un  monde de poésie et d’insouciance.

Formé par Marcel Boïdi, il a été « lâché » par celui-ci en 1969. Depuis, il vole seul, progresse

dans l’art de trouver et « d’enrouler » les ascendances. Il attend avec impatience ce jour ou les conditions météorologiques seront assez favorables  pour que le Chef de centre  l’autorise à tenter l’épreuve des 50 kms.

Or durant ce mois de Juillet, P.Galicher l’appelle au téléphone chez lui,  à Paris.

Ce matin là, Gaston répond !  Au plus vite, il doit rejoindre le terrain pour réaliser le fameux vol de

Morêt  à Pithiviers qui lui donnera son brevet de pilote.

Il saute dans sa voiture. Où plutôt il y grimpe. Si le Gaston de Franquin possédait une pittoresque Fiat 509 Jaune à damiers noirs et blancs, notre Gaston possède une rare 2cv MG…

En fait une 2cv « Modifiée Gaston » notamment au niveau du siège conducteur hors d’état qu’il

avait remplacé par une chaise en bois du meilleur effet et un peu plus haute que le siège « Lafuma »

d’origine…

Bien que poète, notre Gaston est sérieux. Ordinairement il emporte dans ses vols une carte géologique qui lui indique la nature des sols et se rend même à certains endroits pour  y vérifier sur place, la composition  des sols et l’essence des arbres alentours, susceptibles de présenter une évapotranspiration importante.

Ainsi il détecte en pleine forêt de Fontainebleau, de véritables «  cheminées  d’ascendances »  dues à un sol de silice blanche planté de hêtres et de chênes .

Tenant alors en l’air plus longtemps que les autres jeunes pilotes, ceux-ci n’auront de cesse  que de le suivre discrètement pour découvrir ces zones secrètes et en profiter à leur tour !

Mais aujourd’hui, il ne s’aventurera  pas pour un vol aussi important sans une vraie

carte !.. Il s’arrête donc dans une de ces stations- service qui, à l’époque offraient une carte pour un plein d’essence …  Puis engouffre un sandwich tout en conduisant son bolide pétaradant.

Aussitôt arrivé au terrain il s’équipe et décolle à bord du Wassmer 22 super -javelot F-CDDE.

Il est 12h 45. Le temps est effectivement celui dont rêvent les vélivoles. Des cumulus et de la convection, des « pétards » à 4m/seconde.

Gaston est grisé par ce début de vol merveilleux, il apprécie le Wassmer,  un vol sur ce planeur c’est dit-il 50/50 : un vol lent à 50 kms/h pour un poids (à l’époque…) de 50 kgs !

Il grimpe en compagnie d’un rapace, un faucon sans doute; ils se regardent tranquillement, sans peur ni agressivité, ils se partagent l’espace et le plaisir de planer, il lui semble même que l’oiseau l’attend car il pourrait monter bien plus vite ! Ces trop rares moment de communion avec ces rapaces, il y goûte dans un bonheur serein, c’est une de ses quêtes et ses motivations pour le vol à voile !

Enfin,  il tourne, virevolte à s’étourdir….Incroyable, il atteint 2700m ! il est le roi du monde !

Sauf qu’ il est complètement perdu ! A force de tournoyer, de goûter ces instants magiques où l’on devient semblable à un oiseau voilier, il n’a pas pris garde à sa navigation.

Et de la haut, tout se ressemble. D’autant plus qu’il n’avait jamais quitté les abords du terrain,

n’était jamais monté aussi haut et que maintenant la nébulosité a fortement augmentée en dessous de lui, masquant d’éventuels repères.

A un moment, il pense être du côté de Souppes/loing alors qu’il a déjà dérivé au Nord vers Melun, Ce n’est pas le Canal du Loing , bel ouvrage du XVIIIéme siècle qui va de Montargis jusqu’à Morêt, en continuité des canaux de Bourgogne et d’Orléans, sur lequel il voit des péniches tout en s ‘étonnant de la largeur du canal ; mais la Seine au delà de Champagne/seine,  deuxième port fluvial après Conflans Ste Honorine. Il croit apercevoir l’Essonne dans sa partie amont, avant que la Rimarde l’ait rejoint du côté d’Aulnay la Riviére, trajet ou elle s’appelle l’Oeuf et qui mène   en le remontant, directement à Pithiviers. Il pense d’ailleurs en être proche. A gauche ce serait Orléans et devant Pithiviers. En réalité, c’est Melun et  Moissy-Cramayel ! Mais soudain la piste lui apparaît, évidente. Un long ruban de béton. On ne lui avait pas dit qu’elle était aussi belle et longue !

Il se félicite du choix du Chef-Pilote : une piste comme celle-là, on ne peut pas la manquer !

Il a de la chance , ayant perdu beaucoup d’altitude, d’être parvenu au but fixé après 2h 40 d’un vol quasi onirique

Gaston aligne son Super-Javelot et se présente en finale vers la partie en herbe qui longe le béton.   A ce moment -là, un « tuyau de poële » rugissant  agresse ses oreilles, mais pense-t-il, un planeur a la priorité, et la priorité, c’est la priorité ! Curieux quand même  que l’on ne l’ait pas prévenu non plus de la présence d’avions de chasse…

Un Mirage vient en effet de dégager, le doublant sur sa droite.

Gaston s’applique, se pose avec délicatesse en un langoureux « kiss-landing ». Il a le coeur battant de satisfaction et de fierté. Mission réussie !

Alors qu’ il ouvre la verrière, une Estafette bleue arrive en trombe. Trois Képis en sortent.

Gaston est impressionné par la qualité et la rapidité du service d’accueil : Il est aux anges !

Déjà, il sort son carnet de vol afin que les gendarmes de l’air puissent le signer avec pense-t-il,

toute la déférence et l’admiration que l’on doit à un jeune héros qui vient de réussir brillamment son épreuve de distance de 50kms !

La verrière repoussée, Gaston descend et sollicite l’aide des gendarmes pour prendre la plume de l’aile et dégager le planeur.  Pourtant, il ressent un certain malaise.

Il n’y a pas vraiment de sourire sur les visages tendus qui le scrutent curieusement.

« Monsieur, bonjour. Vous savez où vous êtes ? »

Quelle question surprenante ; les gendarmes seraient-ils farceurs ?

«  à Pithiviers, bien sur ! »

« pas tout à fait, Monsieur . »

«  m’ enfin?! »

« Vous êtes sur le terrain d’état de Melun-Villaroche… »

« non ?! »

«  Veuillez nous suivre, Monsieur ;  le Colonel commandant la Base voudrait vous voir. »

Cette fois Gaston tombe réellement des nues et revient sur terre…

Dans le bureau du Colonel, l’atmosphère est pesante. L’homme ne plaisante pas.

Se poser sans autorisation sur un terrain militaire est grave, surtout après avoir obligé un

Mirage Milan expérimental en approche à remettre les gaz pour les 12 minutes supplémentaires

de tour de piste, il va falloir s’acquitter  du coût  du kérozéne, (quelques  500 litres ) !

De plus, viser Pithiviers, plutôt au  Sud-ouest de Moret et se retrouver à Villaroche au Nord nord-ouest, voilà qui laisse mal augurer de la délivrance de son diplôme de pilote à un si piètre navigateur !

Le Colonel veut lui-même informer de l’incident le Chef de Centre. Pol Galicher  n’est pas dans son bureau, et c’est Hervé qui répond. Celui-ci, bon ami de Gaston, connaît son extravagance  et croit à une farce. Extrapolant la célèbre réplique de BB à Samy Frey dans « la Vérité » de  Clouzot(1960) il conclut l’exposé du Colonel par un délicat  :« et mon cul, c’est du poulet ?! »

puis  raccroche hilare…Peu après le commandant de la base finit par joindre P.Galicher.

D’abord il envisageait de le  sanctionner pour avoir envoyé un jeune néophyte risquer sa vie au milieu des jets, mais entre militaires qui se connaissent les choses s’apaisent.

A la fin de leur conversation il s’adresse en aparté à l’un des gendarmes qui quitte la pièce.

Gaston est livide. C’était pourtant une si belle journée.

Le gendarme revient dissimulant un objet qu’il donne subrepticement au Colonel

Gaston décontenancé se voyait presque en prison et dans des difficultés noires et voilà que soudain le Colonel brandit une bouteille de Champagne  en s’écriant «  c’est la première fois depuis 1946 qu’un planeur se pose à Villaroche ! Ca s’arrose !

Le retournement de situation laisse Gaston pantois. Qui a dit que les militaires n’avaient  pas d’humour ? Ils ont même de la compréhension mais cependant, le colonel ne  signera pas les documents attestant la réussite des 50kms et le dépannage devra se faire par la route, plutôt que

par air, car il ne faut pas de traces : officiellement pour éviter toutes sanctions et problèmes,

Gaston ne s’est jamais posé à Villaroche !..Ce vol est un vol fantôme !

Seul le gain d’altitude de 1000m correctement enregistré par le barographe, sera validé.

Gaston est entré ce jour là dans la légende des Gastons.

Mais c’est « notre » Gaston, nous y tenons, et il sera à la hauteur de sa réputation lorsque quelques temps plus tard , il se pose , après être passé sous une ligne électrique, sur la pelouse  du château de Bouron Marlotte  ou le  Marquis de Montesquiou  donne une fête costumée!

On l’imagine déambulant, très naturellement, en bob et short parmi les convives en livrée ou toilette d’époque Louis XIV, buvant même (et encore!), le champagne en leur compagnie…

 

Incroyable Gaston qui raconte encore aujourd’hui ses exploits avec modestie, humour et drôlerie.

Merci à lui de nous autoriser à publier ce texte qui voudrait lui exprimer autant notre affection,

que notre respect et notre admiration pour qui sait avec autant de talent et de bonhomie, provoquer

et vivre des aventures aussi singulières.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Habemus Papam

HABEMUS PAPAM

Le club a élu à l’AG son nouveau comité directeur et bureau.
Sont élus au comité directeur :
-Jean-pierre Gauthier (1 an)
-Maxence Stawski (2 ans )
-Dominique Galpin ( 3 ans)
-Pierre Bonnier ( 3 ans )
-Franck Virol ( 3 ans )
-Luc Devienne ( 3 ans )
-Jacques Ehrlich (3 ans )

Le Comité de Direction constitue une structure essentielle du CVVFR.

Il vote les grandes orientations et s’investit fortement dans les actions au service du Club.  Accueil, aide technique en fonction de ses compétences, chaque membre du CD  veille au bon déroulement de l’activité. Il n’hésite pas à s’engager dans les tâches collectives les moins nobles pour donner l’exemple. Il s’efforce également d’aider à l’intégration des nouveaux membres. En toute circonstance, il représente l’autorité morale et doit veiller au respect des consignes de sécurité. En bref, il est un responsable actif sur le terrain.

Le Bureau élu par le comité directeur est le suivant pour l’année 2015 :
-Président : Alain Roquillon
-Vice présidents : Cristophe Szczygielski et Patrick Spiral
-Secrétaire général : Jean-Yves Colombino
-Secrétaire général adjoint : Maxence Stawski
-Trésorier : Jacques Ehrlich
-Trésorier adjoint : Alain Milbeau

Et maintenant ON VOLE ! Demain reprise en main venez nombreux !

Bonne année vélivole 2015 !

DCIM100GOPROLe CVVFR est heureux de vous souhaiter une très bonne année 2015 , qu’elle soit remplie de beaux vols en sécurité .

L’équipe communication est fière de vous présenter cette vidéo de notre ‘délégation CVVFR’ partie au derby jeunes de Saint Remy aux Alpilles du 27 au 30 décembre 2014 !

Quentin et Maxence

 

Des cours BIA gratuits au CVVFR !

Session 2017/2018 mise en ligne du planning des cours en bas de page.

Le club de vol à voile de Fontainebleau et sa région organise des sessions entièrement gratuites de cours pour la préparation à l’obtention du Brevet d’Initiation Aéronautique !

Dispensée par des pilotes de notre club cette formation est l’occasion de se rapprocher du monde de l’aéronautique, de dialoguer avec les pilotes et pourquoi pas le devenir !

Le BIA est un diplôme sanctionnant l’acquisition des connaissances aéronautiques de base. En effet, le BIA se divise en cinq matières : Mécanique et Aérodynamique du vol, Connaissance des aéronefs, Météo, Navigation et règles de circulation aérienne et enfin Histoire de l’aéronautique. Au-delà de l’acquisition d’une culture aéronautique et générale, le BIA est un diplôme reconnu par l’Etat qui peut faire la différence sur un CV surtout dans une entreprise aéronautique… C’est aussi l’occasion d’acquérir certaines notions de pilotage pour une futur formation de pilote et un accès à l’obtention d’une bourse pour celle-ci.

Les cours ont lieu le samedi dans les locaux du club sur des sessions de 2h. Pour plus de renseignements, n’hésitez pas à nous contacter ou à assister à une séance.

Dépêchez-vous le nombre de place est limité à dix inscrits !
Le formulaire se trouve ci-dessous !

BIA

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Merci de recopier le texte suivant captcha

Planning des cours à venir.

Fin de saison et journée démontage le 18 octobre…

Le temps de la fin de saison approche et la journée de démontage a été planifiée le samedi 18 octobre , nous aurons besoin de tous les bras disponibles !

N’oubliez pas que élèves , pilotes ou instructeurs , nous volons tous sur les mêmes machines !

Bonne fin de saison à tous et fly safe ! 734420_555184467890517_1333356271_n

Follow by Email
Facebook
Instagram